search?q=définition_approches

18.09.2021 - 24.10.2021

Nora Wagner

Vernissage le 18.09.2021 à 11:30

Dominique Lang

PROGRAMME

2-3.10 - All day long

Mythissages
(Médiation culturelle accompagnée par la psychologue Simone Bauer)

3.10 - All day long

Meteor
(Performance by Bertrand Dufau)

9-10.10 - All day long

Mythissages
(Médiation culturelle accompagnée par la psychologue Simone Bauer)

16-17.10 - All day long

Mythissages
(Médiation culturelle accompagnée par la psychologue Simone Bauer)

21.10 - 19h30 

Le désoeuvré

(Pièce de théâtre, adaptation et mise en scène par Godefroy Gordet, dramaturgie et interprétation par Cyril Chagot, composition et musique live par Denis Jarosinski)

23.10 - All day long

Déconstruction collective
(performance participative et contemplative)

24.10 - All day long

Closing day & Publication release

TXT_n-1_Godefroy-Gordet

Du rien, visible, émane ce tout, invisible

Une tâche de café remplie ma page blanche. Quelqu’un a déjà dû écrire ça. Souvent, on ne sait plus ce qui vient de nous et ce qui vient d’ailleurs. Ce que l’esprit a ingurgité en lisant, voyant, entendant, touchant, s’enfouie parfois dans les profondeurs de notre conscience. C’est la charge mentale des influences qui gravitent autour de nous et parfois nous submergent. Celles qui nous forgent, comme celles qui nous détruisent.

Je rencontre Nora en 2012, dans une galerie désormais éteinte. Une exposition titrée « Young Blood », ou « Sang Neuf ». Elle y montre ses lomographies. Elle a abandonné ce travail. C’était celui d’une jeune artiste, obnubilé par la technique. Elle est aujourd’hui obsédée par le processus, tourmentée par ce qui construit l’oeuvre, plus que ce que l’oeuvre est, serait ou sera.

Le travail de Nora est indéfinissable au premier degré, car il se vit. Il puise dans l’âme de chacun qui s’y trouve mis en relation. Il est autant que ceux qui le vivent. La quête qu’elle poursuit, offre une intimité étroite entre l’artiste et son spectateur. Résultant du partage d’expériences de vies qui se croisent même si antagoniques. Là est l’essence pure de sa recherche artistique, dans le frôlement de cette zone sensible, faisant résonner le silence intérieur, sans jamais violer notre pudeur morale, juger nos révoltes contenues, ou dévoiler nos blessures secrètes.

Par son travail, et ses expositions, Nora se dévoile et propose aux contemplateurs*trices d’en faire de même par l’imagination. 

« Il y a différentes façons de déclamer les choses. Parfois en disant la même chose d’une autre manière, on peut trouver à faire comprendre autrement », me disait Nora en parlant des attitudes de prêcheurs qu’adoptent certains artistes. Il n’y a pas une vérité, et sûrement pas une unique ligne à suivre. Son exposition délivre cela, le contraire d’un sermon : un dialogue.

Et ainsi, si nous sommes façonnés de rien, que tout est « apprentissage », cette exposition fait figure de symbole pour l’existentialisme, se composant pas à pas, au fur et à mesure du temps, comme nous, au fil d’une vie. 

Ici, on ne peut remarquer qu’un grain de poussière dans une salle vide, y sentir une odeur, y remarquer une couleur, y éprouver une température… Ce que propose Nora, est bien plus qu’une exposition, c’est un parcours sensoriel qui nous fait être nécessairement tantôt aveugle, sourd, ou muet, et a contrario regardant, écoutant, dialoguant.

Parce que ce qu’il y a ici, c’est d’abord le rien. À l’image de ce que nous sommes d’abord : rien.

Et puis, durant un mois, nous sommes – ou serons – guidés. Il y a ensuite la découverte, et enfin, le remplissage de ce rien par l’expérience vécue.

Nous sommes construits d’un néant, par la matière palpable ou celle évanescente que nous captons volontairement, ou inconsciemment. Nous sommes ce que nous sommes selon notre volonté et celle-ci n’est pas si dure à convaincre. Il suffit de mettre un pas devant l’autre.

TXT_n-2_Godefroy-Gordet

Tout oublier.

« Dans mon processus de création, J’aime me poser dans l’espace et ne rien y faire, 

Juste le ressentir et le regarder », Nora Wagner

Arriver au bout d’un briquet 

Se dire qu’il faut arrêter

Souffler une dernière bouffée

Observer la rue à travers la fumée

Y trouver ce qu’on cherche

Franchir la porte d’une gare

Voyager sans prendre de train

Occuper une galerie

Découvrir un monde autre

Se taire

Profiter de la douceur

Oublier

Jouir de cette rareté

Le temps qu’on puisse

Faire face à une installation 

Évanescente

Cerné de murs blancs

Un cube 

Impassible

Faire flotter une main

Dans la lumière débordante

Celle qui transperce 

Des vitraux bricolés

Une oeuvre duale

Formée par l’intérieur

Dédoublée par l’extérieur

Dans trois pièces sans seuils

Apercevoir l’inaperçu

Par audition

L’attention démultipliée

Mobilisant les chimères

Dans des murmures

Aux travers ontologiques

Je suis un corps dans l’espace

Mouvant, bougeant 

Au rythme d’une voix

Libre

Je suis cette feuille morte 

Tombant en virevoltant.

Mort mais vivant de liberté

Mes veines sont des nervures

Battantes

Je tourne au vertige

Je me perds

Dans l’immensité 

Dans mon être

Je suis le vide

Je suis le vent sifflant

Je suis la poussière qui se soulève

M’écrase au sol

Me tasse

M’enracine

Attendant que le remoud

De celui qui passe

Me pousse à l’envole